Vies d’entreprises en Brabant wallon

Classé dans : Entreprise | 0

IMG_20140402_1Ce mercredi 2 avril, avant leur conférence-débat organisée à Chastre, j’ai accompagné Hélène Ryckmans (tête de liste aux régionales) et Philippe Lamberts (tête de liste à l’Europe) dans la visite de plusieurs entreprises du centre du Brabant Wallon, à Walhain et Mont-Saint-Guibert.

  • Bourguignon Bois a réussi à poursuivre son activité traditionnelle de base, le sciage de bois, en assurant une diversification intelligente, d’une part vers le commerce spécialisé, pour professionnels et particuliers, et d’autre part vers la menuiserie à valeur ajoutée  –de l’encadrement de porte aux modules d’ossature pour les constructions en bois. Aujourd’hui, une des  plus grandes préoccupations de cette entreprise familiale, c’est le recrutement d’une main-d’œuvre qui offre le savoir-être qui conviendra à sa culture d’entreprise : le savoir-faire, ils en assureront la transmission. 
  • Archenterre a aussi pris soin de maîtriser plusieurs canaux de distribution pour ses produits maraîchers –avec une spécialisation dans les légumes-feuilles plutôt que les légumes-racines–  avec sa propre épicerie bio d’une part et une présence sur plusieurs marchés hebdomadaires d’autre part. Pour Geneviève et Vincent Cantaert aussi, c’est la gestion des collaborateurs qui est un des principaux sujets de préoccupation : la complexité des règles et de l’administration finit par s’interposer dans une relation employeur-employé que l’on voudrait plus simple, plus directe, plus humaine.
  • Une série de jeunes entreprises nous ont accueillis sur le site de l’Axis Parc à Mont-Saint-Guibert à la limite de Louvain-la-Neuve : Nest’up qui se présente comme « accélérateur de start-ups », Do Eat qui est l’un de ses lauréats, ainsi que l’espace de travail collaboratif RueDuWeb témoignent tous d’une énergie et d’une créativité vraiment réjouissantes. Tout un état d’esprit qui contribuera à faire émerger une Wallonie qui invente et qui gagne.

nestup_logo_2Au-delà de leur diversité  –de taille, de secteur d’activité, d’histoire–  ces entreprises témoignent toutes de l’importance centrale des femmes et des hommes qui les font vivre chaque jour. L’entreprise reste essentiellement une aventure humaine.

Les propositions d’ECOLO à l’attention des indépendants et des PME comprennent de nombreuses dispositions qui concernent le contexte économique, financier et réglementaire susceptible de favoriser le déploiement des initiatives entrepreneuriales. Mais elles comportent aussi un volet humain significatif, proposant par exemple :

  • de valoriser le goût de l’entrepreneuriat dès l’école, pour diffuser la culture de l’audace et de l’innovation mais aussi pour redorer le blason des formations professionnalisantes;
  • de renforcer les formations et enseignements offerts aux jeunes et aux indépendants, notamment en offrant des formations continuées dans tous les domaines du management;
  • de sensibiliser les chefs d’entreprise à la phase délicate de la transmission d’entreprise, en encourageant entre autres la reprise par les travailleurs, notamment sous la forme de coopératives.

Avec la conviction que la Wallonie redeviendra ce terreau fertile pour des initiatives entrepreneuriales porteuses d’avenir, en acivité économique et en emplois.

Laissez un commentaire